Accueil
Glisser
Grimper
Regarder
Lire
Suivre

Mes sorties à pied de l'année 2001

(sorties classées par ordre chronologique décroissant)

Cumul dénivelé : 20000m

 

19

Via Ferrata des Gorges d'Agnielles + rando à Céuse (Dévoluy)

le 16/12/2001

Rapide passage à la via ferrata des gorges d'Agnielles : parcours facile et assez court (A-R en 45 min.). Un peu de neige mais pas gênante pour la progression. La via est au soleil en début d'après-midi. Puis rando sur Céuze depuis le col des Guérins : montée par le sentier de la falaise, sortie par la mini via ferrata (60 m d'échelons verticaux) puis retour par le pas de la cascade. Agréable parcours varié en paysages (rocher, plateau herbeux magnifique, sentier en forêt, belles vues) et en progression (sentier raide, via ferrata, hors sentier sur pâturages). On confirme qu'il y a plus (+) de neige au sud (Monges) mais apparemment pas assez pour le ski (voir rubrique neige). Avec Serge Maraval.

18

Pic Coolidge p.3301m (Ecrins)

couloir Dérobé le 05/12/2001

En attendant la neige pour skier, une sortie d'alpinisme avec ce très beau couloir du massif. Haut de 550 m, il présente une inclinaison proche de 50° sur les 400 mètres les plus raides en moyenne. Les conditions sont excellentes (cramponnage top et remontée rapide - neige glacée tendre). La sortie au sommet est sans souci. En revanche, côté pic Sans Nom, dans les couloirs du coin, la glace est de rigueur sauf pour le col du Glacier Noir encore bon semble-t-il. Avec Serge Maraval. Dénivelé : 1500 m

17

Via ferrata du Sautet (Dévoluy)

le 08/09/01

C'est une nouvelle via, pas difficile, qui tourne au-dessus des gorges du Sautet (juste en aval du barrage). Accès depuis le pont (on part d'une rive et on revient par l'autre). Au passage, en allant préparer le mariage de Nicolas Cardin à Allevard, c'est une façon sympa de commencer le week-end.

16

Parois d'Ailefroide (Ecrins)

Voie "Chaud Chichon" le 29/08/2001

Toute nouvelle voie (1999) de Jean-Michel Cambon que je remercie au passage pour toutes ses réalisations qui permettent à nous, grimpeurs, de se faire plaisir en toute sécurité dans de nombreuses voies. La voie "Chaud Chichon" se situe dans le secteur de la Draye. Le parcours est original avec de nombreuses traversées et des pas assez variés (fissures, dalles, réglettes) et tape dans le 6a. Quelques courts pas sont un peu plus durs mais très bien équipés. On rejoint le sentier de la tête de la Draye par deux dernières longueurs un peu bouseuses et on rentre à pied, c'est mieux. Réalisée en 3 heures (9 long.) avec Yannick Moulard. Cot. TD+

15

Aiguillette du Lauzet 2611m

(Cerces)

Voie les "Beaux Quartiers" le 28/08/2001

Superbe obélisque rocheux vu depuis le Pont de l'Alpe. L'Aiguillette comporte de nombreuses voies d'escalades, assez dures, mais peut aussi s'atteindre en randonnée ou en via ferrata. Il en faut pour tous les goûts. La voie les beaux quartiers est assez directe et sort juste à gauche de la tour sommitale. Elle comporte 12 longueurs, du V+ au 6b+, sur un calcaire de plus en plus adhérant et de plus en abrasif au fur et à mesure que l'on monte. La deuxième partie est de toute beauté, avec des longueurs soutenues dans le 6a/b. Dommage qu'il y ait des terrasses à traverser dans le socle. L'équipement est très bon (spits d'origine + réequipement). Coinceurs inutiles. Difficulté obligatoire : 6a/6a+. Avec Barbara Olive, Yannick Moulard et Jean-Michel Zerbib, nous l'avons réalisée en 6h. Descente en rappel dans la voie, ou mieux, à pied. Difficulté d'ensemble : ED-. Hauteur : 300m.

14

Pic Ponsin 2325m

(Dévoluy)

"Traversée des arêtes" le 19/08/2001

Traversée reservant de très belles vues sur le Dévoluy ainsi que sur une partie des Alpes (du Grand pic de Belledonne à l'extrême sud des Ecrins). Le rocher est un calcaire très abrasif, souvent bon dans les parties raides. Approche depuis la route du col du Noyer puis traversée jusqu'à la brèche du pic Ponsin (N-S) et redescente (un rappel de 25m). La voie est peu soutenue avec un peu de III et deux pas de IV. En solo, je l'ai réalisée en 4h30 voiture-voiture mais un horaire de 6-7h semble normal pour une cordée. Quelques pitons sont en place : prendre des coinceurs et sangles. Le rappel est équipé mais un pas délicat (désescalade) de 5m permet d'y accéder : je n'ai pas vu d'autre amarage plus haut (pourtant soi-disant en place). Le plus dangereux était sans doute, au retour, le passage sous un troupeau de moutons dans de raides pentes d'herbe qui balancaient des pierres en circulant : vivement le loup ! Plus sympathiques, les observations de deux aigles royaux ou d'une dizaine de chamois se balladant sur les arêtes. Cotation d'ensemble de la voie : AD

13

Dalles de l'Encoula

(Ecrins)

"Un grand pas vers le bon dieu"

le 18/08/2001

Voie toute équipée dans le secteur de l'Encoula (La bérarde). Première partie assez raide (dalles, murs et fissures) puis une suite en dalles, toute en adhérance. Deux longueurs en 6c qui passent en A1 (l'équipement du deuxième 6c donné pour passer en tire-clou est à revoir, le passage est vraiment ardu). Le reste varie de 5+ à 6b+ avec de très beaux passages (les cotations du topo semblent fidèles). Descente le long de la cascade par les (7) rappels de la voie "voyage dans l'eau de là". Hauteur totale de 400m pour 15 longueurs. Avec Pascal Cristofani, nous l'avons réalisée en 4 heures. Cotation d'ensemble : ED- (6a+ obl.)

12

Tête de la Maye 2518m

(Ecrins)

"La Mare Maye" le 17/08/2001

Voie spitée à la tête de la Maye. De beaux passages aériens, de belles dalles également sur un granit rouge irréprochable. Les cotations des topos sont plutôt à revoir à la baisse, disons moins une cotation pour chaque longueur sauf la première longueur qui comporte le pas le plus dur (6b) sur les 5 premiers mètres de la voie. Avec Pascal Cristofani, nous l'avons réalisée en 3h15. Hauteur : 350m. Cotation d'ensemble rabaissée à TD (TD+ dans le topo de Cambon).

11

Mont Blanc 4808m

Pilier Central du Frêney

J2 (14/08/2001)

Départ du bivouac : 3h30. Montée au col Eccles sans problèmes. Par contre, la descente versant Frêney du même col présente une section à 50° avec une patie non négligeable en glace, qui prend un peu de temps, de nuit, en solo. Attaque : 6h30 (grosse pause matos + ravitaillement). Le socle présente 13 longueurs dont trois faciles (vires) et les autres variant du IV+ au V+ avec un passage d'artif sur qq pitons. Les friends sont bienvenus. A cette altitude, avec les gros sacs et l'équipement, il me paraît raisonnable de comparer les V/V+ à de bons 6b falaise. Arrivée à la Chandelle (pilier rocheux fantastique) à 13h. Bonne pause bouffe après l'arête de neige un peu banzaÏ avec les chaussons. L'artif de la Chandelle (attaqué à 14h) est bien équipé (A1) et nous avons juste rajouté un friend. Cependant, la longueur clef est athlétique et très ardue. Il faut prendre son temps et grignotter peu à peu les centimètres. Gros gaz dans cette même longueur. Sortie de l'artif à 18h. Restent ensuite trois longueurs pour atteindre le sommet du pilier (19h30). Le rappel de 15m est bien sûr équipé mais il faudrait vraiment nettoyer les dizaines de cordes fixes présentes à cet endroit (utilité d'un tel bordel ?). La zone mixte est ensuite bien enneigé et passe rapidement en solo (arête touchée à 21h). De là nous avons encore mis 1h30 pour atteindre le sommet du Mont Blanc . Thé au sommet puis descente sur le Goûter où nous arrivons à 0h30. Bonne nuit. Difficulté d'ensemble : ED-. Hauteur du Pilier : 500m (près de 700m de la Rimaye à l'arête). Avec François Thirion. Lire le récit, voir les images.

10

Mont Blanc 4808m

Pilier Central du Frêney

J1 (13/08/2001)

Montée au bivouac Eccles (3850m) depuis Courmayeur. Dénivelé : 2300m dans un cadre splendide. Aucun problème glaciaire. Toutes les crevasses sont bouchées ou passent très bien. Mais attention : pas de passerelle sur le torrent de Miage au départ de la Visaille comme il l'est dit dans certains topos. Avec les putains de gros sacs, nous avons dû faire un important détour pour passer en circulant sur les moraines du glacier. Le départ conseillé est donc un peu plus bas, aux chalets de Freney. Horaire de la montée 6h30 + la pause au refuge Monzino pour le midi. On peut, bien sûr, tronçonner cette montée en deux jours pour ne pas accumuler de fatigue. Difficulté : PD. Avec François Thirion.

9

Tête du Vallon 2724m

(Ecrins)

Eperon SW le 07/08/2001

Une voie toute récente nommée "chamois perspicace" qui aurait pu être une excellente trouvaille : peu d'approche, secteur original avec très belles vues sur les glaciers Noir et Blanc, grande ampleur (700m). Malheureusement, elle ne tient pas ses promesses. De nombreuses vires enlèvent une partie du charme. De plus, les cotations sont souvent à revoir à la baisse. Il aurait été intelligent de laisser cette voie plus "semi-aventure", étant donné que l'équipement actuel l'interdit déjà aux débutants. Ainsi de nombreux endroits auraient pu être laissés à équiper car les coinceurs se mettent bien. Deux points aux relais plus qq pitons dans les longueurs voire un spit par ci par là dans les dalles nous aurait semblé plus judicieux. Avec Philippe Boric, nous l'avons parcourue en 3h, le plus difficile étant la traversée du torrent de St Pierre, encore bien tumultueux. Bâtons + sandales utiles. Descente par le versant nord (raides pentes mixtes herbe-rocher-terre, attention aux pierres ! ). Cot. : D (V/V+ maxi)

8

Petit Pelvoux 3753m

(Ecrins)

Arête S le 30/07/2001

Superbe itinéraire ne comportant rien de dur (IV+ max.) mais assez soutenu dans le IV, réservant de très beaux passages, dans un cadre sauvage et splendide (vue sur les séracs du Clot de l'Homme). L'accès est long mais fort intéressant. Outre la montée au refuge peu fréquentée et la satisfaction de s'échapper du sentier dégueulasse du Sélé, l'approche est instructive de nuit et demande un repérage la veille au soir. Compter 2h à 2h30 jusqu'au pied de la voie, sur la partie gauche de la paroi (atteindre une brèche à droite d'un gendarme). Avec Virginie Péres et Nicolas Cardin, nous l'avons réalisée en 5h. Les quatre rappels intermédiaires (5 à 20m) sont équipés. 7 pitons sont présents aux pas clefs. Prendre coinceurs et friends et un assortiment de sangles. La descente par les Violettes est toujours aussi belle. Les crevasses n'opposent aucun obstacle. On court sur la neige jusque vers 2400m. Cotation : D pour 400m. Voir topos.

7

Parois d'Ailefroide (Ecrins)

Les Prédateurs le 29/07/2001

Voie ouverte par Ghesquiers, sur l'éperon de droite de la paroi de Palavar. Très beau granit, un peu plus redressé que l'ensemble des voies du secteur, présentant des sections "rouges" du style que l'on peut rencontrer à la tête de la Maye. C'est à mon sens une des plus belles du secteur. La voie comporte neuf longueurs avec pas mal de V+ et un pas de 6a. Nous l'avons (toujours avec Matthieu) réalisée en 2h. Attention aux pierres dans la descente en rappels sur la facette gauche. Cotation : TD-.

6

Parois d'Ailefroide (Ecrins)

Songe d'une nuit de Sabbat. le 28/07/2001

Voie Cambon avec un équipement béton sur goujons. Très beaux passages dans le bas (trois premières longueurs) puis une suite où l'on court sur des dalles annoncées V/V+ mais plutôt IV/IV+. La descente se fait en cinq rappels le long de la voie. Réalisée avec Matthieu Plasteig en 1h30 pour huit longueurs. Cotation : D+/TD- (un pas de 6a, un peu de V+)

5

Parois d'Ailefroide (Ecrins)

La Bolognaise le 28/07/2001

Voie Stumpert qui a été rééquipée en 2000 avec un départ direct. Nous avons emprunté le départ original qui est très peu équipé avec une petite recherche d'itinéraire. La petite fissure et la traversée qui suit en L3 sont assez expo et en V+. Prévoir donc des petits coinceurs et friends en conséquence. Ensuite on trouve les plaquettes et il suffit de courir. 2h pour huit longueurs. Voie réalisée avec Matthieu Plasteig. A noter : il est inutile de se fatiguer en partant d'Ailefroide (approche de presque 30 minutes !) Deux options : tyrolienne en place pour franchir le torrent au niveau de la Poire ou névé d'avalanche encore franchissable juste à l'amont. Cotation : TD- (un pas de 6a, pas mal de V).

4

Aig. du Midi- Aig du Plan 3673m

(Mont Blanc)

Arête Midi-Plan le 21/07/2001

Traversée Midi-Plan Classique puis descente par le glacier de l'Envers du Plan sur le Requin. Retour par le Montenvers. Beaucoup de neige sur le rocher (70cm tombés en cumul à 3500m la semaine précédente) rendant la course plus délicate et faisant avorter notre projet initial de traversée en deux jours des aiguilles de Chamonix. Le glacier de l'Envers du Plan passe sans souci ce qui est rare. La Vallée Blanche est skiable jusqu'au Requin. Le Mont Blanc du Tacul a été skié ce jour à la première benne avec descente jusqu'au Requin. Les deux skieurs prévoient de skier encore deux jours au départ du refuge pour profiter du gros paquet de neige toujours présent au-dessus de 3000m. Cotation Midi-Plan : AD

3

Mont Gioberney 3352m

(Ecrins)

Voie normale SW le 12/07/2001

Aller-retour depuis le Valgaudemar par la voie normale. Le tracé évolue intelligemment dans le haut en contournant les barres et en empruntant les passages les plus vites déneigés. Il reste de la neige (crampons) pour traverser le couloir de la vache et dans les 150 derniers mètres (assez raides) avant le col. Par ces conditions, l'itinéraire peut être côté PD- (cotation en terrain sec : F). Course réalisé en express (départ 16h, retour 21h30 avec repas au sommet dans une très belle lumière du soir) . 3 bouquetins observés rive droite du couloir de la Vache. Côté Bérarde, les névés sont présents jusque vers 2150m (dommage qu'il y ait une si longue distance depuis le parking). Dénivelé : 1700m.

2

Rouies 3589m

(Ecrins)

Eperon sud-est le 08/07/2001

Course 43 des 100 plus belles de Rébuffat. Un rocher souvent fracturé demande une attention constante et plusieurs passages ne sont pas si faciles que ça (le III ou IV annoncé est plutôt du IV ou du V). Il nous a semblé par ailleurs avoir trouvé le dièdre de 40m en IV+/V-. Tout concorde sur le topo pour que ce soit celui-là... sauf la cotation (au moins 6a !) La cotation AD me paraît ne pas correspondre à ce style de terrain montagne où il faut évoluer vite dans du terrain a priori facile mais qui l'est moins lorsqu'il ne faut utiliser qu'une prise sur cinq !. C'est l'occasion de relancer le débat sur les "cotations montagne". La voie réserve sinon de très belles vues. Il est possible de bivouaquer à 30 minutes de l'attaque sur l'un des rares promontoires herbeux. Emmener 7 dégaines, un bon jeu de coinceurs, des sangles et quelques pitons plats : le rocher est compact. Cotation proposée : D- (900m, 7h)

1

GrandeCasse 3855m

(Vanoise)

Couloirs des Italiens le 27/05/2001

La course de neige de référence du massif de la Vanoise. Accés par le col de la Grande Casse puis montée en traversée ascendante vers le pied du couloir qui est, en fait, une face (passer vite sous les séracs). La pente se redresse ensuite sur 300m (45°) puis à nouveau sur les 300m du haut (un peu plus de 50° mais pas de 55°). La glace est présente sur la partie raide, parfois à nue, mais, et c'est pire, souvent recouverte d'une fine (10-20cm) couche de neige froide. Deux piolets techniques semblent un confort non superflu. La sortie est très raide sous les corniches mais c'est court (plusieurs possibilités). Cotation alpinisme : III/D.

 

haut de page